Indemnité expatriation

À jour en Décembre 2017

Écrit par les experts Ooreka

Pensez aux compensations de surcoût à intégrer à votre salaire de base.

Indemnité départ à la retraite

Vous décidez de faire une carrière internationale, ce qui va aboutir à un emploi d'expatrié. De ce fait, il est vivement recommandé de négocier vos indemnités d'expatriation et/ou votre prime d'expatriation.

Indemnité expatriation : qu'est-ce que c'est ?

La tendance actuelle prévoit des négociations à la baisse, il est donc important de bien analyser la situation avant votre départ et de discuter avec votre employeur de votre salaire d'expatrié, sachant que les primes et autres avantages sont souvent revus à la baisse.

L'indemnité d'expatriation rémunère les efforts qu'une personne consent lorsqu'elle travaille dans un pays étranger.

L'indemnité d'expatriation concerne plus particulièrement le détaché de l'entreprise et non l'expatrié qui est embauché sous contrat local.

Quel type d'indemnité d'expatriation ?

Les différences indemnités d'expatriation et avantages en nature correspondent aux compensations de surcoût.

Les principaux éléments (indemnités et avantages en nature) retenus par l'employeur sont en général :

  • Le différentiel de coût de vie sera donc à prendre en compte pour obtenir une indemnité de coût de vie.
    • Cela peut être un montant à ajouter au salaire de base ou un indice ou pourcentage appliqué pour augmenter ou réduire ce différentiel.
    • Il est souvent positif, dans le cas contraire, il est rarement appliqué.
  • La fiscalité :
    • L'entreprise peut prendre en charge une partie de l'impôt sur le revenu payé à l'étranger.
    • Cela permet au collaborateur de ne pas supporter une charge fiscale supérieure à celle qu'il aurait payée s'il était resté en France.
  • Le déménagement et le logement :
    • Ce sont des frais qui sont en supplément et que le salarié n'aurait pas eus s'il était resté en France.
    • La prise en charge peut être effectuée par la société, elle peut correspondre :
      • aux dépenses de double résidence et au remboursement de garde-meuble,
      • au plafond de loyer autorisé meublé ou non,
      • au remboursement des loyers ou proposer une mise à disposition gratuite du logement,
      • prise en charge ou non des dépenses d'entretien (gaz, électricité, téléphone, Internet, etc.).
  • Le véhicule : location ou indemnité d'utilisation ou d'achat, prise en charge ou non des dépenses d'entretien, assurance, carburant, etc.
  • La situation familiale :
    • Perte de salaire du conjoint qui accompagne le collaborateur à l'étranger. Certaines entreprises peuvent aussi proposer des aides comme des cabinets d'outplacement pour que le conjoint puisse trouver un travail.
    • Prise en charge par l'entreprise de la scolarisation des enfants.
  • Voyages : le nombre de voyages pris en charge par l'employeur ainsi que la périodicité, bénéficiaires.

Autres : l'assurance rapatriement, une partie de la prise en charge des cotisations au régime français d'assurance sociale des expatriés, la mutuelle expatrié, etc.


Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique carrière

Tout le guide pratique

Organisation personnelle et efficacité