Salaire expatrié

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en novembre 2019

Sommaire

Emprunter de l'argent à l'étranger

Sachez négocier votre salaire d'expatrié.

Un emploi d'expatrié rime, pour vous, avec une évolution de carrière. Pour ce faire, il est fortement recommandé de bien analyser votre contrat d'expatriation avant le départ pour des horizons lointains.

Salaire d'expatrié : qui est concerné ?

Faire une carrière internationale permet d'avoir le choix entre deux statuts qui sera défini par l'employeur : détaché ou expatrié. Le statut fera toute la différence en matière de protection sociale.

Lire l'article Ooreka

Expatrié : quel mode de rémunération ?

Certaines sociétés préfèrent employer des collaborateurs sous contrat local (donc avec le statut d'expatrié) que de détacher leurs salariés, car cette solution est beaucoup moins onéreuse. Néanmoins, l'entreprise a le choix entre plusieurs modes de rémunération relativement complexes qui sont les suivants :

Statut expatrié sous contrat local

Le salaire de base nommé aussi salaire de référence : ce mode de rémunération est utilisé pour un expatrié embauché sous contrat local, il sera sa source de revenus principale.

Ce mode de rémunération supprime les compléments de salaire, les primes et les charges sociales françaises pour l'entreprise, toutefois, le collaborateur peut négocier son salaire pour compenser les frais d'expatriation.

Statut détaché par l'entreprise française

Il existe plusieurs solutions de source de revenus, à savoir :

  • Salaire de référence « pays d'origine » : ce salaire correspond au montant que vous auriez perçu si vous étiez resté dans votre pays d'origine.
    • Il a l'avantage de rester positionné sur le marché de l'emploi français lors du retour d'expatriation.
    • Il augmente le niveau de vie du salarié. Bien souvent, une partie du salaire est payé dans la monnaie locale et l'autre partie en euro.
  • Salaire de référence « pays d'accueil » : ce mode de rémunération représente celui que touche un ressortissant local pour un poste équivalent.
  • Salaire de référence « pays tiers » : c'est le salaire perçu dans un pays choisi par l'entreprise, c'est souvent celui où se situe le siège social de l'entreprise.
  • Salaire de référence « international » :
    • Ce système de rémunération correspond au montant fixé par l'entreprise pour chaque fonction.
    • Son avantage est de bénéficier des mêmes augmentations générales et autres avantages, comme la prime d'ancienneté, le 13e mois qui sont accordés par l'entreprise française à ses collaborateurs en France.

Salaire expatrié : de quoi est-il composé ?

Pour inciter son collaborateur à s'expatrier, la société va lui proposer des compensations qui seront :

Ces avantages peuvent compenser la perte de salaire du conjoint, le déménagement, le logement, les frais de scolarité des enfants, la compensation des prestations familiales, etc. Les primes et avantages sont généralement imposables.

Lire l'article Ooreka

Expatrié : qu'en est-il des comptes bancaires ?

Pour recevoir votre salaire d'expatrié, vous aurez différentes formalités à prévoir :

Compte bancaire en France

Disposer d'un compte bancaire en France, compte de non-résident en francs ou en devise, vous sera très utile pour :

  • encaisser votre « part France » pour les détachés ;
  • payer vos impôts et autres factures administratives.

Il faut prévoir la mise en place d'un système de virements ou de prélèvements adaptés et vous informer sur les conditions et coûts des transferts de fonds. Il est aussi vivement conseillé d'opter pour la carte visa internationale.

Compte bancaire à l'étranger

L'ouverture du compte bancaire à l'étranger a aussi son importance, car, cette dernière aura des obligations, comme :

  • transmettre aux administrations françaises les explications concernant votre situation d'expatrié ;
  • offrir des services de gestion patrimoniale adaptés.

Ne négligez pas la réglementation des changes qui peut restreindre les possibilités de transfert ou les assujettir à de grosses formalités, comme l'allongement des délais.